Exil et labyrinthe: deux formes maitresses de la connaissance de soi?