Les rites en tant que documents privilégiés pour une histoire anthropologique : l’expérience de Ernesto De Martino